Jeux d'argent > Championnat Suisse de Football > Legislation > Qui sont les grands tenants de l’univers des jeux d’argent en Suisse ?

Qui sont les grands tenants de l’univers des jeux d’argent en Suisse ?

Les agences qui se partagent le gâteau issu des jeux d’argent en Suisse

Chaque année, les Suisses dépensent environ 2 milliards de francs suisse dans les jeux d’argent. Ce montant, très élevé, se partage entre les acteurs comme la Loterie Romande et Swisslos, les casinos et les jeux d’argent en ligne. Il serait alors intéressant de connaître les plus grands acteurs afin de se faire une idée de comment évolue l’univers des jeux d’argent en Suisse.

Loterie Romande et Swisslos empoche la plus grosse part

Des 2 milliards de francs suisse générés par les jeux d’argent, la Loterie Romande et Swisslos se taillent la plus grosse part en empochant respectivement 398 et 599 millions de francs en 2016. Ensuite, il y a 21 casinos qui ont encaissé 689,7 millions de francs. Enfin, selon les estimations, les jeux en ligne ont généré entre 150 et 250 millions de francs par an.

Bien que la plupart de ces acteurs soient connues, ils n’appartiennent pas tous à des Suisses. En fait, des quatre groupes qui se disputent le marché, deux sont français. En plus, la plus grande maison de jeu de la Suisse, qui se trouve à Montreux, est la propriété du groupe Lucien Barrière, de même que les agences de Granges-Paccot et de Courrendlin. Quant au groupe Partouche, il se trouve à Meyrin et à Crans-Montana. De son côté, la société ACE, filiale du géant autrichien des jeux Novomatic, s’occupe des casinos de Locarno et de Mendriso. Pour finir, les établissements de Zurich, St-Gall, Pfäffikon et Schaffhouse appartiennent tous à la Swiss Casinos Holding.

A noter que 56 % du produit brut des jeux (PBJ) du secteur est généré par ces 11 casinos.

Des réformes importantes à venir

Le 10 juin prochain, la nouvelle loi sur les jeux d’argent fera objet de votation. Les loteries comme les casinos sont tous partants et espèrent bien profiter d’une hausse de leurs revenus financiers via les paris sportifs et les jeux en ligne. En effet, si la nouvelle loi est acceptée, il est prévu que l’accès aux sites de jeux situés hors du territoire suisse soit bloqué. En plus, seuls les acteurs suisses pourront bénéficier de concessions à élargir leur éventail d’offres aux jeux en ligne.

Article publié le 22 octobre 2018